Équipe

Mélanie Perroux, M.Sc en Santé Publique, directrice.

Mélanie Perroux est responsable d’unité de recherche à l’Institut de Recherche en Santé Publique de l’Université de Montréal et à la Faculté des Sciences infirmières de la même université. Elle coordonne à ce titre plusieurs projets de recherche concernant l’organisation des systèmes de santé. Ses intérêts de recherche se rapportent aux modes de rémunérations et aux modèles de services interdisciplinaires appliqués à la santé primaire. Depuis plusieurs années, le transfert des connaissances auprès des décideurs ou du grand public occupe également une partie de ses engagements personnels.

Anne Lardeux, responsable des communications.

Anne Lardeux s’intéresse aux politiques du commun, à celles qui s’appliquent à la santé et aux mots et images qui les arment.

ÉTUDIANT(E)S BOURSIER(ÈRE)S

 

Stagiaires postdoctoraux

Annie Carrier, ergothérapeute, stagiaire postdoctorale, Université de Montréal.

Annie Carrier est ergothérapeute depuis 1996 (Université Laval) et chargée de cours à l’École de réadaptation de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke. En tant que clinicienne, Annie a œuvré dans différents milieux de première ligne. Titulaire d’un baccalauréat en psychologie (1993), de deux maîtrises (Droit et politiques de la santé, 2008; Sciences cliniques, 2010), d’un micro-programme en pédagogie de l’enseignement supérieur (2013) et d’un doctorat (Sciences cliniques, 2015), ses intérêts de recherche incluent les aspects éthiques, légaux, administratifs et organisationnels de la pratique et leur implication dans le raisonnement clinique des professionnels de la santé. Dans le cadre de son stage postdoctoral, Annie s’intéresse aux stratégies de transfert de connaissances auprès des décideurs organisationnels et politiques et aux aspects éthiques qui y sont rattachés.

Oumar Mallé Samb, stagiaire postdoctoral, Université de Sherbrooke.

Oumar Mallé Samb est docteur en santé publique de la faculté de médecine de l’Université de Montréal. Sociologue de formation, il est détenteur d’un master Recherche en éducation et problèmes sociaux et d’un master professionnel Chargé d’études sociologiques et enquêtes sociales obtenus à l’Université Victor Segalen de Bordeaux 2 (France). Il s’intéresse à la question de l’équité et l’accès aux soins des groupes vulnérables. Depuis 2015, il effectue un stage postdoctoral à l’Université de Sherbrooke sous la supervision conjointe de Damien Contandriopoulos et Christine Loignon.

Étudiant-es au doctorat

Natalie Stake-Doucet, infirmière, MSc (A), récipiendaire de la bourse de doctorat de la Chaire Pocosa, 2016-2017.

Natalie est co-fondatrice du groupe Infirmières de McGill pour une Politique en Santé. Elle a travaillé comme infirmière auprès de populations marginalisées en santé mentale à Montréal et en Gaspésie. Suite aux bouleversements organisationnels du réseau de la santé initiés par la loi 10 et l’absence de présence politique du corps infirmier, elle décide de mettre de côté sa carrière d’infirmière praticienne spécialisée pour se lancer dans la recherche. , elle est actuellement étudiante au programme de doctorat en sciences infirmières à l’Université de Montréal sous la direction de Damien Contandriopoulos. Elle étudie le rôle des infirmières en tant qu’agents politiques et analyse leur potentiel de transformation dans l’élaboration de modèles d’évaluation du système de santé.

Étudiant-es à la maîtrise

Emilie Dufour, infirmière clinicienne, candidate à la maîtrise en Sciences infirmières, Université de Montréal, récipiendaire de la bourse de maîtrise de la Chaire Pocosa, 2015-2016.

Emilie est étudiante en deuxième année à la maîtrise en sciences infirmières à l’Université de Montréal. Elle a terminé son baccalauréat en sciences infirmières en 2012 à l’Université de Sherbrooke pour se diriger en soins communautaires par la suite. Depuis trois ans, elle travaille comme infirmière clinicienne en soins courants et soins à domicile dans un programme de santé/physique/médecine. Son champ d’intérêt se concentre sur l’exploration des modalités dont disposent les organisations de première ligne pour évaluer la performance des infirmières. Ayant participé à des stages en région éloignée durant sa formation collégiale, elle s’intéresse à établir une comparaison de cet enjeu entre un milieu urbain et un dispensaire infirmier dans le Nord-du-Québec.

Yan Giroux, B. Sc. Inf (c), candidat à la maîtrise en sciences infirmières à l’Université de Montréal, récipiendaire de la bourse de maîtrise de la Chaire Pocosa, 2016-2017.

Au cours de son baccalauréat (mai 2016), Yan a développé un intérêt pour l’influence des politiques publiques sur les soins et services pour les patients en perte d’autonomie et l’intégration des services de santé. Sa recherche de maîtrise porte sur les changements de politiques au niveau des mécanismes d’accès à l’hébergement et sur les différentiels de performance entre les régions du Québec. Sa pratique clinique gravite autour des soins aux personnes âgées et la clientèle en perte d’autonomie.

COLLABORATEUR(TRICE)S

 

Arnaud Duhoux, Faculté des sciences infirmières, Université de Montréal.

Mylaine Breton, Département des sciences de la santé communautaire, Centre de recherche du CSSS Champlain – Charles-Le Moyne, Université de Sherbrooke.