Occuper le terrain des médias

Le 27 mai 2015, la Chaire de recherche Politiques, Connaissances et Santé organisait à la Grande bibliothèque de Montréal une table ronde sur la question des relations d’interdépendance entre journalistes et chercheurs, de leur nécessité mais aussi de leurs limites.

La journaliste Mélanie Meloche-Holubowski rend compte de ce débat ici et poursuit la discussion en entrevue avec Damien Contandriopoulos et Marc-André Gagnon, entrevues dont il est possible d’écouter le podcast.

La captation vidéo du débat est également accessible sur le site de la CPAC (Cable Public Affair Channels) et sur le site d’Evidence Network, son podcast complet.

PHOTO_PANEL

De gauche à droite : Bernard Roy, Fabienne Martin, Damien Contandriopoulos, Pascale Breton et Marc-André Gagnon

Le débat, animé par Damien Contandriopoulos, réunissait pour l’occasion les journalistes scientifiques Fabienne Papin, journaliste à L’actualité médicale, Profession Santé et L’actualité pharmaceutique et Pascale Breton, éditorialiste à La Presse ainsi que les professeurs et chercheurs Bernard Roy de la Faculté des sciences infirmières de l’Université Laval et Marc-André Gagnon de la School of Public Policy and Administration de l’Université Carleton.

Dans le contexte paradoxal d’une économie de l’information qui combine flux ininterrompu de données volatiles et accès contraint voir menacé aux données publiques, il est important de réfléchir aux types de collaborations possibles entre la sphère médiatique et celle de la recherche : quelles pratiques, dans quelles conditions et au bénéfice de qui ?

Les intervenants ont partagé leur expérience singulière de ces deux terrains qui se croisent nécessairement mais qui demeurent soumis à des objectifs, des méthodes et des écritures très distinctes. Il convient de réfléchir à leur articulation pour les arrimer à la défense d’un même bien commun celui d’une information qui présente des situations sans omettre les forces d’influence économiques et politiques qui les modèlent et polarisent particulièrement le secteur de la santé.

 

 

Tweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *