La chasse à l’économie imaginaire : un autre concours POCOSA

Depuis quelque temps, le ministre de la santé Gaétan Barrette répète que le financement à l’activité des chirurgies et de l’imagerie médicale dans le réseau de la santé au Québec entrainera « des économies substantielles » qui se chiffrent en centaines de millions de dollars.

Ce qui est un petit peu ennuyeux avec cette affirmation c’est que le financement à l’activité, ça n’est pas exactement une idée toute neuve. Ça été déployé à très grande échelle dans beaucoup de pays. Et on a donc beaucoup de données sur les effets. Parmi eux, il y en a des positifs (généralement une diminution des listes d’attente pour les chirurgies électives) et des moins bons (par exemple une augmentation importante des dépenses administratives).

Mais il y a un effet qui, à ma connaissance, n’a JAMAIS été documenté dans le passage d’un financement historique à un financement à l’activité, c’est une baisse des dépenses totales. Au contraire, on a toujours observé une augmentation des dépenses totales (Il y a un très bon sommaire de l’ICIS sur la question ; une bonne revue de la littérature de l’INESSS et finalement une entrée de blogue plus critique).

Alors voici le concours :

celui qui trouve une étude empirique (pas de modélisation économétrique pure) et à peu près méthodologiquement cohérente qui documente qu’un jour quelque part sur cette planète le passage à un financement à l’activité des hôpitaux a entrainé une diminution des couts totaux (pas du cout moyen par épisode) gagne le grand prix.

 

Si personne ne gagne, c’est fort ennuyeux, mais j’ai peur que ça veuille dire que les économies de M. Barrette n’existent que dans ses rêves.

Se pourrait-il que notre ministre de la santé soit en train de réformer le réseau sur la base de liens causaux imaginaires et de preuves inventées ?

 

Damien Contandriopoulos

 

Et pour celles et ceux qui voudraient une brève introduction au financement à l’activité :

 

FAA


La photo est tirée du film La bête lumineuse de Pierre Perrault.

 

 

 

 

 

 

Tweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *