25 ans de transfert de connaissances : il est temps d’enlever les lunettes roses…

Ça n’est pas que rien ne marche. C’est juste que les progrès, dans le domaine du transfert des connaissances sont – et ont été – très lents.

Les premiers temps avaient pourtant été très (trop) optimistes : on pensait alors que les techniques du TC allaient changer le monde. Mais la réalité s’est avérée plus résistante que prévu au changement ; les processus de transfert plus complexes et difficiles à contrôler. La vision super-optimiste et ses lunettes roses ont cependant persisté, et ce en dépit de l’accumulation de données suggérant que l’efficacité de l’influence du TC sur les pratiques varie de « nulle » à « très faible ». Plusieurs explications structurelles peuvent être avancées sur lesquelles la présentation de Damien Contandriopoulos revient (voir version intégrale au bas de cette page).

Nous pourrions comparer le transfert de connaissance à la quête de vérité qui motive la science : même s’il n’existe aucune méthode infaillible pour appréhender la réalité et la vérité, cette quête continue de constituer la base de la démarche scientifique. Or, cette quête de la vérité est de même nature que celle qui anime le chercheur qui veut « changer le monde » pour le rendre meilleur. Cela reste une sorte de Saint Graal. Et même si on sait peu de choses sur la manière de l’atteindre, comme chercheurs nous ne devons pas abandonner l’idée de faire de la recherche qui change les pratiques et la société. Mais il n’est pas certain que porter des lunettes roses nous permettra d’aller dans ce sens-là.

Les revues systématiques nous disent depuis 25 ans que les choses ne changent guère. Le transfert de connaissance n’est pas une recette magique – ni non plus n’en dispose. Mais il y a certains éléments qu’on peut dégager qui peuvent être utiles :

  • Prendre en compte le politique plutôt que de tenter (vainement) d’y échapper;
  • Échapper à l’ennui auquel l’institution académique nous forme : penser le cadre et en dehors de celui-ci;
  • Adapter des stratégies plutôt que de les reproduire telles quelles, de façon purement technique.

Ici quelques extraits d’une communication donnée par Damien Contandriopoulos dans le cadre du Premier congrès national de Transfert de connaissances (TC) en réhabilitation tenu à Montréal le 19 mai 2016:

Vous pouvez visionner ici l’intégralité de la conférence :


 

*L’image est un photogramme tiré de la pièce de John Baldessari I Will Not Make Any More Boring Art (1971).

 

 

 

 

 

 

Tweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *