Exode des médecins vers le privé : tendance lourde et PL20

 Avec les débats autour du projet de Loi 20 concernant l’accessibilité à la médecine de famille et à la médecine spécialisée, de nombreuses voix se sont élevées pour mettre en garde contre le départ massif vers le privé des médecins omnipraticiens, que le projet de loi pourrait entrainer.

Avec la diffusion de la plus récente liste de médecins désengagés et non-participants par la RAMQ le 17 juillet 2015, nous avons mis à jour un graphique qui suit la tendance de désinscription depuis une quinzaine d’années.Évolution du nombre de médecin non-participants ou désengagés

On peut voir que le phénomène de migration vers le privé est en augmentation modérée et linéaire chez les médecins spécialistes avec un nombre de spécialistes non participant qui a doublé sur la période étudiée. En revanche, chez les omnipraticiens la tendance est beaucoup plus inquiétante. Le rythme de désinscription est en croissance exponentielle et le nombre de médecins omnipraticiens ayant quitté le régime public a été multiplié par 15 au cours de la période étudiée.

Quand on analyse la tendance à travers le temps, c’est le jugement Chaouilli puis l’adoption de la loi 33 qui semblent avoir été le déclencheur de changement de perspective chez les médecins de famille du Québec. Il est aussi évident que le débat autour du projet de loi 20 n’a rien fait pour renverser la tendance et jamais le rythme de désinscription n’a été aussi rapide qu’aujourd’hui. Toutefois, avec les données dont nous disposons il est impossible actuellement d’affirmer que le PL 20 a eu un impact sur la migration vers le privé des médecins omnipraticiens.

Sur le fond, la désaffection des médecins de famille pour le régime public semble actuellement hors de contrôle au Québec et, à terme, cela risque de remettre en cause les principes d’universalité et de gratuité des soins. Plusieurs appels ont été lancés pour que le ministre applique l’article 30.1 de la Loi sur l’Assurance Maladie, lui permettant de suspendre la possibilité pour les professionnels de devenir non-participants. Il n’est toutefois pas évident que ce soit la meilleure approche. Les données disponibles suggèrent qu’il existe des avenues plus consensuelles en jouant sur les facteurs systémiques qui expliquent le phénomène.

À quand une stratégie cohérente pour stopper cette hémorragie visible et prévisible depuis quasiment une dizaine d’années ?

Damien Contandriopoulos et Mélanie Perroux

15 août 2015

Tweet about this on Twitter

2 réflexions au sujet de « Exode des médecins vers le privé : tendance lourde et PL20 »

  1. Ping : Pénurie de médecins ou mauvaise organisation des soins? | Chaire de recherche Politiques Connaissances Santé

  2. Ping : Nurse-washing et privatisation des soins | Chaire de recherche Politiques Connaissances Santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *